Pensée du jour du mois de la semaine

Jean-Michel et la femme enceinte…

Pendant ma grossesse je n’ai pas supporté l’humour beauf. Maintenant que j’ai un enfant, je le supporte encore moins.

Voilà, tu es enceinte. Qui sait si le hasard à y voir la dedans, si cela fait des années que tu te piques la cuisse à coup d’hormones à en faire battre ton couple de l’aile, si c’est la quatrième fois et que tu n’as pourtant toujours pas d’enfant ou si c’est arrivé si facilement que tu en es encore toute surprise. Voilà, tu es enceinte et on te balance déjà que c’est l’horreur d’être parent et particulièrement d’être mère.

Je ne parle pas ici des amies qui expliquent, préviennent et partagent expériences et sources d’informations précieuses qui permettent ensuite de se préparer au mieux à la réalité du post-parthum et de la parentalité. Ce sont des guerrières et elles reprennent la tradition que nous avions cessé je ne sais pas trop quand ni pourquoi (ah si… parce que ce sont des trucs de gonzesses non ?!) : elles transmettent. Et c’est formidable !

Je ne parle pas non plus des autrices qui écrivent avec humour sur la parentalité et leur expérience. Elles sont si drôles. Ou encore les mères qui vident leurs sacs sans rien cacher quand elles en ont besoin. Viens ma soeur, j’ai une oreille pour toi.

Non je parle de ceux qui, sous couvert d’humour, s’attaquent sans méchanceté mais avec malice à tout ce que tu es, était, sera.

On commence par ta santé en te décrivant le pire à venir même quand cette personne n’a aucune idée de la réalité de la grossesse. Ahah, c’est rigolo : tu n’as jamais connu les hémorroïdes ? C’est certains, tu vas souffrir (non). Les fuites urinaires ? Inévitable (c’est faux). Quelle régalade de savoir que tu vas te faire pipi dessus à chaque fois que tu vas rire, éternuer ou tousser. On se marre hein ? De savoir que bientôt tu te réveilleras quatre fois par nuit pour aller aux toilettes épuisée. Tu ne vas rien pouvoir manger ou alors tu vas te mettre à tout dévorer. Ton corps ? Oublie ! Tu seras désormais une baleine, un hippopotame, une ménagerie entière ! Est ce un sujet sensible ou pas pour toi ? Ça aussi tu oublies. Allons tu n’as pas d’humour ? Il a disparu avec ta taille fine et tes seins qui finiront par tomber ? S’ils ne tombent pas déjà, avec ton grand âge. Tu as perdu ton sens de l’humour ? Tout le monde le sait, Jean-Michel n’hésitera pas à te le rappeler, alors inutiles d’en faire cas : les femmes enceintes sont monstrueuses, impatientes, irritables. Et c’est tellement drôle d’annoncer au co-parent combien sa partenaire va se transformer en un blob sauvage avec lequel IEL NE POURRA MEME PLUS AVOIR DE SEXE ! La base disparait… et c’est drôle, mais c’est drôle ! Peu importe que ce soit un sujet sensible en dehors même de cette grossesse, des envies de votre couple en la matière et surtout – surtout – de vos besoins à vous.

Ce qui nous amène à l’accouchement. Parce que – femme enceinte – tient toi le pour dit : tu vas finir en choufleur et c’est le comble de la marrade pour Jean-Michel. Ton sexe, ton fondement, TOUT le bas de ton corps ne sera que bataille et marasme parce que « t’as vu la taille d’une noix de coco » ? 10cm Jean-Michel, c’est 10cm la dilatation pour que mon petit bonheur tout neuf nous parvienne alors ta noix de coco tu… mais vous ne dites rien, vous souriez. Et tout votre intérieur cri ! Parce que l’accouchement fait peut-être peur. Tu y tiens toi, au bas de ton corps et à ce qu’il t’apporte. Alors ça ne te fait pas vraiment rire, en fait de savoir, que tu vas peut-être être coupée ou déchirée. Qu’ensuite il y a des risques que pour un certain temps tu ne reconnaisses plus vraiment ce qu’il y a là que tu ne connais parfois pas très bien d’ailleurs. Et puis tu le sais que ça va pas forcément être une partie de plaisir et on te prépare pas souvent au meilleur… alors peut-être que tu aimerais qu’on attende que ce soit passé pour en rire et qu’on écoute plutôt ce qui te fait peur.

Et puis après l’accouchement vient l’enfant. On te demande si tu tenais vraiment à ton sommeil, à tes loisirs, à tes ami·e·s, à ton mari. Toi tu fais des cauchemars sur comment retrouver un job ensuite, à savoir si ce projet va t’attendre quelques mois, si ton congé maternité sera pris en charge mais ce qui fait rire c’est de dire adieu à ta vie d’avant, avant même que cela n’arrive ! Cela ne te fait pas rire de savoir que tes ami·e·s sans enfants vont te tourner le dos ? Que ton mari ira voir ailleurs ? Que tu ne feras plus jamais de volley-ball ? De sortie ciné ? De vacances à l’étranger ? Allons c’est pour rire, ce n’est que pour les 18 prochaines années ! Comme pour votre sommeil : vous ne dormirez plus, ni l’un ni l’autre ! Ni le petit nouveau. Qu’est ce que c’est drôle d’annoncer les mois de torture à venir comme si aucun futur parent n’avait conscience qu’un nouveau né n’arrivait pas avec le pack nuit complète, études brillantes et permis bateau.

Et maintenant que l’enfant est là, peut-importe ce qui s’est passé durant ton accouchement, le beauf continue de se marrer sur tes nuits sans sommeil, sur ta vie sexuelle légèrement ralentie par la fatigue et une potentielle salle de jeu en réfection, sur combien t’en a pas fini. Bha j’espère bien Jean-Michel ! Je vais vérifier qu’il respire toutes les heures et je le nourris comme s’il pouvait se dissoudre si j’étais pas à l’heure, c’est pas pour en finir. Et si tu essaies d’attirer l’attention sur combien ses petits doigts sont mignons, combien sa peau est douce et la beauté de sa petite bouche, on ne manquera pas de te rappeler que ça ne va pas durer. Que bientôt (… ça va on a encore quelques mois devant nous quand même) il sera un enfant cracra et capricieux et puis un adolescent tout mou et plein de sueur… Ahah c’est drôle hein. D’après Jean-Michel : la femme enceinte est un monstre et l’enfant est détestable. A tout âge.

Rappelles toi, femme enceinte, que toutes les grossesses sont différentes, que tu ne peux pas tout avoir tellement les symptômes sont nombreux, que 85% des femmes sont dans le mal durant la grossesse et que tu es donc normale. Et si tu kiffes, si tu es en pleine forme et que tu te sens belle, c’est génial. Kiffes.

Chaque accouchement a son histoire. Tu as peur ? C’est normal. Tu es confiante ? Good for you ! Tu as besoin de te préparer ou de laisser couler : écoutes toi. Ton accouchement t’appartient. Il pourra être merveilleux ou difficile, cela n’en sera pas moins une expérience très forte et certainement inattendue.

Protèges toi. Dis quand tu as peur, quand ça ne te fait pas rire, quand tu es fatiguée. C’est important ce que tu es entrain de faire. Ne laisse pas ceux qui en rient trop facilement te rappeler que tout le monde fait des enfants comme si ce n’était qu’un passage en caisse pour récupérer un article. Tu es extraordinaire et ce qui se passe en toi est incroyable. Et après, ah après, je te raconte même pas…

Ah. oui… et pour finir… à quand le deuxième ?

Ta gueule Jean-Michel.

Des bisous

Un commentaire sur “Jean-Michel et la femme enceinte…

  1. Bonsoir Tiphaine,
    Je viens de lire ta prose un peu sévère.
    C’est vrai que c’est une autre vie qui commence pour toi mais l’essentiel, c’est que tu as donné naissance à une autre vie.
    Cet enfant te donnera l’occasion de te valoriser différemment.
    Garde le moral.
    Je vous embrasse, ton fils Elliot, toi et ton professeur.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s